fbpx

À voir votre sourire, je me dit que vous avez pris votre décision, pas vrai ?

Après quelques cours de surf ou une session avec des copains qui vous en ont prêté une, vous voulez votre propre planche de surf.

Yeah, c'est un cap dans la vie d'une surfeuse ou d'un surfeur... Et cet article tombe à pic. Vous saurez EXACTEMENT quoi choisir à la fin de votre lecture.

More...

Avec un bonus: un feu d'artifices de questions 100% toutes "répondues" 😏... 


Fébrilité

Je devine aisément votre état d’esprit. Ça me rappelle mon premier achat. Hum, comment dire ? Loin d'être glorieux... Je vous en toucherai deux mots plus bas. 

Vous avez bien une idée de ce qu'il vous faut. Une grande planche vous a-t-on seriné. Oui mais grande comment ?

Comme celle que vous a passée le prof ou le loueur ? Ne sera-t-elle pas vite trop grande ?


Parce que vous comptez progresser vite, enfin vous l'espérez. Alors pourquoi pas une planche courte, directement ? Vous êtes troublé. Vous doutez soudain.

A fond la forme, OK, mais laquelle ... et la matière ?

Une planche en mousse ? Z’êtes perplexe. Niveau sécu c'est top, certes. Ça fait débutant quand même. Ou alors une « Bic »? Vous savez ces planches en plastique ou résine, vous ne savez pas trop. Il parait que c'est incassable. 


Ronde au bout, ou pointue? Plus classe, vous ne trouvez pas ? 

Y a une occasion sur Leboncoin qu'un.e pote vous a montrée. Regarde, elle a l'air bien. 

Rhoo, Vous êtes paumé.e.



Ah, c’est toujours pareil avec les premières fois. On est empoté ! Vous en venez même à vous demander si ça vaut la peine de vous casser la tête. 


Ces planche se ressemblent toutes plus ou moins, non ? Le hasard des opportunités ou le premier vendeur croisé décideront bien pour vous, finissez-vous par penser.

De quoi être paumé quand il faut choisir !

Tss tss, laissez-moi vous convaincre en 3 points qu'il est important de savoir où vous allez en termes de connaissances de planches :

  1. Les vendeurs dans les magasins de sport généralistes ne sont souvent pas beaucoup plus au jus que vous. Leurs conseils resteront vagues. Privilégiez les Surf shops où les gars et les filles savent de quoi ils causent.
  2. Connaître votre matos fait partie de votre apprentissage du surf. Pour cette planche et pour les suivantes que vous ne manquerez pas de vous (faire) offrir si vous persévérez, collez-vous y dès maintenant. Personne ne le fera à votre place.
  3. Une planche mal choisie risquera de ralentir votre progression autant qu'une colonie de laminaires, fucus et autres algues amassées dans votre leash alors que vous ramez pour prendre une vague. Une erreur que j'ai faite, à mes débuts ... Un désastre. Je vous raconterai.


Rassurez-vous. 

Je vous prends par la main, vous saurez exactement quelle planche vous emmènera au paradis du surf.



1 Une mise au point 

Durant votre vie de surfeur, vous choisirez votre planche en fonction de quatre critères :

  • Votre niveau de Surf.
  • Le type de vagues que vous surfez.
  • Votre gabarit. C’est mieux si la planche ne coule pas sous vous.😅
  • Votre fréquence de surf. 


Pour les deux premiers critères, c’est tout vu. Vous partez de rien ou presque. Et vous débuterez dans des vagues tranquilles de débutant : à hauteur de hanche maximum.


Et quand vous aurez de la bouteille, le style de Surf que vous voulez pratiquer orientera le choix de votre monture: glisseur tranquille, ou déchireur de vagues. 


Pour l’heure, pas de panique. prenons le temps de voir pas à pas ce qu'il vous faut. En fonction de vos caractéristiques et de votre nouvelle ambition de wannabe waverider. (C'est du hawaiien ou du breton, ça veut dire à peu près "aspirant chevaucheur de déferlantes").


Voici donc les étapes. Nous allons d’abord faire le tour de ce qui s’est fait dans le temps. Et de ce qui existe actuellement, pour que vous en ayez plus qu'une idée floue. Ensuite on causera taille. La taille, ca compte, quoiqu'on en dise.



2 Votre future planche, héritière d'une longue histoire


Olo, Alaia, les premières boards de glisse avérées dans les annees 1500 se taillaient dans des troncs de koa ou de wili wili, des bois poussant sur les hauteurs des îles hawaïennes. Saviez-vous que les dérives n'existaient simplement pas ? 


Les planches dites "Olo" pouvaient mesurer jusque 5 mètres pour 80 kg. Vous imaginez les trimballer à la plage sur vos épaules ?


Puis ramer dessus, passer la barre de mousse et atteindre le large situé a quelques centaines de mètres ? Et prendre une vague, chuter et rentrer à la nage au bord ?


Un sacré sport, le He'enalu.



Balsa board

Pour aller vite, des pionniers ont l'idée d'alléger les planches en les évidant. Puis d’autres utilisent le balsa, bois léger que vous avez utilisé pour faire vos maquettes de planeur dans vos cours de Technologie. Ou EMT, selon votre cuvée 🙂


Ladite dérive apparait dans les années 30. Le leash (laisse reliant votre cheville à la planche pour éviter de la perdre) dans les années 60 (en France 🇫🇷 , Oh la la !).

Imaginons ce qu'était de Malibu dans les années 50

Fifties

L'épicentre du surf devient Malibu, sur la côte californienne. Eau fraîche et surf music. Le surf explose (comme actuellement sur nos côtes pourrait-on comparer). Les matériaux évoluent avec les recherches liées à la guerre. 

Les pains de mousse et la résine synthétique avec son odeur particulière apparaissent. Vous auriez certainement appris sur une de ces grandes planches (longboards) fabriquées a la chaîne dans les ateliers de shape de la côte. 

Adaptées aux vagues et au type de glisse tranquille de la côte, votre Malibu board (nom donné à ce type de planche) aurait mesuré la taille devenue standard de 9 pieds. 2 mètres 70 au pied levé. On en reparlera.


ps: je vous propose de découvrir mes supers Sweats et T-shirts 100% écolo et tout le tralala, créés à partir de mes dessins comme celui-ci.

J'ai inventé la marque Good Dowgs pour moi et me potes parce que je ne trouvais pas de T-shirts que j'aimais porter.

Good dowgs, les vêtements et accessoires de Mayana Surf, pour garder les bonnes vibes du surf tous les jours!

=>Retrouvez-les en cliquant sur l'image ci-dessus ou ici

Vous vous faites plaisir et c'est une façon simple de me filer un coup de main, au lieu de passer par Tipee ou Patreon... ou de faire la manche!

" Classe! "

Vous aimez un dessin dans mes posts et vous souhaitez le porter sur un T-shirt ou un sweat? Dites-le moi! 

Je le crée et m'engage à donner votre prénom au nouvel article. Si, si! (comme avec ce Hoodie, The Maya Good ride).


Fast forward

Des révolutions épisodiques ont influencé la taille et la forme des planches, jusqu'à donner les shortboards dans les seventies. Entre les deux se calent des tailles et formes hybrides.

Dans ce qui va suivre, vous allez découvrir celles qui vous concernent pour débuter. Et y a du monde.



3 Mousse, dure, résine, les différentes planches pour débuter


La planche de surf en mousse

C’est la planche que vous avez serrée dans vos bras si vous avez pris des cours de surf. Vous savez donc ce que c’est : une planche de surf aux rebords ronds, sans arêtes tranchantes, recouverte d’un tapis de mousse sur le pont. 


Si par mégarde vous l’envoyez promener dans la tête du voisin ou dans la vôtre, le risque de blessure est moindre. 


Et bonus: Elles sont équipées de dérives souples. Oui, toutes molles comme un ado neurasthénique. Avec ça, pas moyen de tailler un short à votre meilleur ennemi ! 


Vous l'aurez pigé, la mousse pardonne les erreurs de sécurité et permet un apprentissage plus ... détendu, disons. Niveau sécu c’est le TOP. 



Fastoches à prendre en main

Larges, épaisses, leurs dimension souvent généreuses les rendent bien stables sur l’eau. Ces boards flottent super bien, et c’est fantastique comme elles permettent de prendre des vagues facilement !

 

Même le profs de surf les rident ( de l’angliche to ride : chevaucher, courir, etc) parfois à l’occasion pendant les cours.


Après quelques minutes de prise en main, vous arrivez au moins à tenir allongé dessus sans trop de difficulté ! 


Non ? C’est que la planche est trop petite. Une planche de 7’6 voire 8 pieds de long est la moyenne pour vous, citoyen majeur et vacciné. Pour votre marmaille, on peut descendre à 7 voire 6 pieds. 

Au fait C’est quoi "les pieds" ?

Le pied (foot) est une mesure anglo-saxonne correspondant à 30, 5 cm. Les pouces (inches) font 2,56 cm. 

Quizz : combien font 7 pieds et 6 pouces (7’6) ?

  • a: 7m60, 
  • b: 2m30 environ,
  • c: J’aimalàlatête 

Arrêtons là ce quizz ridicule et voyons les limites de la moumousse.


Une mousse pour vous ?

Les moumousses, les moussues, les planches-écoles ou les planches-à-neuneu comme on les appelle de-ci de-là, sont idéales quand vous vous trempez de temps en temps.


Et que votre maîtrise de votre engin ET des notions de sécurité n'est pour le coup pas consolidée.


Mais si vous souhaitez rider plus régulièrement, elles vous limiteront vite. Avec elles pas de virages fulgurants à vous défriser la moustache. Aussi vous risquez de vous en lasser vite. Et elle, de moisir dans votre garage. 


Cependant, même si elles ne sont pas encore au niveau d’une planche résine, ou d’une planche du type bic, maintenant les mousses qui sortent des usines sont de plus en plus performantes.

 

Elles acquièrent de plus en plus de légèreté. Elles permettent une plus grande maniabilité. 


(Un jour le line up sera entièrement couvert de planches mousses pour la sécu de tous. Ah quel beau jour. Ou quel cauchemar.)


Donc, Nickel si vous allez surfer ponctuellement pendant les vacances, quelques fois par an, ou pour vous mômes qui ne vont pas avoir une progression de malade si vous n’habitez pas au bord de la mer. 




Pour la suite, attention : on va rentrer dans le dur (au sens propre)

La planche de type Bic. incassable.

Ce sont des planches fabriquées en série et souvent en Orient, qui se rapprochent des planches en résine et fibre de verre de nos chers shapeurs.


Quand on dit incassable, c’est particulièrement vrai pendant leur transport, la manipulation : tout ce temps hors surf  où la planche prend plus de pocs (coups) que dans l’eau.



Comment c'est fait ?

En gros, la planche est créée à partir d’un moule évidé au centre dans lequel vient se couler une matière plastique ou une résine type époxy.

Ou bien la planche est un pain de mousse recouvert d’une fibre de verre et de (beaucoup de) résine, tous procédés qui la rendent quasiment indestructible. 


Vous l’imaginez, il y a une contre-partie: Elles sont en général super lourdes. Plus lourdes que certaines planches en mousse, même ! Ca se traduit pas un manque de maniabilité dans l’eau.

 

Ce qui n’est pas si mauvais pour un surfeur novice : elles sont en contrepartie super stables.


Leur poids fait qu’elles peuvent faire aussi plus de dégâts à l’impact. Ouille, la planche dure dans l’arcade ... Entaille et gros bleu assurés. 


Petit aparté déconcertant sur la fragilité de nos crânes

  • A propos, pensez à vous protéger le crâne lors de vos chutes en enroulant vos avants-bras autour, comme un casque.
  • Des casques existent même. En porteriez-vous ?
  • Aussi, faites particulièrement gaffe aux autres personnes à l’eau si vous ne pouvez pas faire autrement que lâcher votre engin. (Voyez dans le guide « les 5 +1 règles » comment éviter cela)


Ces boards sont populaires car elles permettent une marge de progression plus étendue avec une même planche, par rapport aux moussues. 


On en trouve de temps en temps sur le marché de l’occase, mais les anciens surfeurs néophytes les gardent en général. Toujours bien les jours de toute petite vague.


Donc vous êtes sûr de la revendre si vous le voulez par la suite…


Bon, le soucis avec ces planches, c’est que vous passez vraiment pour un … Enfin vous n’avez pas la meilleur cote de glamouritude de toute la plage. Heureusement, vous êtes loin au dessus de ça, n'est-ce pas ? (émoji de tête de sage chinois ne se la pétant pas)



Comment ? Vous n’assumez pas d’être un humble débutant ? Non, ce n’est pas ça. Vous aimez plutôt les belles choses. Je comprends.

Bah, regardons ensemble du côté des planches les plus courues.



Les planches en résine

Le coin du beau monde. Composées d’un pain de mousse synthétique enrobé de tissu de verre et de résine (souvent polyester), Ces boards prennent vie dans les ateliers de nos plus chers amis, les shapeurs.


Ces artisans de haute volée peuvent tout aussi bien vous sortir un bijou sur-mesure pour débuter. 

Petit aparté surprenant sur le métier de shapeur 

S’ils vous ont vu surfer, s’ils savent quelles vagues vous fréquentez, ils sauront d’autant plus quelle planche vous conviendra. 

Parfois c’en est déconcertant. Du genre : « Je peux être franc avec toi ? La planche que tu viens d’acheter, elle n’est pas du tout faite pour toi. Tu vas galérer grave. Enfin je dis ça je dis rien… » 

Alors à la sortie de votre session où vous n’avez pris que deux vagues avec les bras qui faisaient le tourniquet à force de chercher un hypothétique équilibre, vous vous rendez dans l’atelier de shape du bonhomme. 

Après quelques questions, il vous configure une planche que vous récupérez un mois plus tard. Et c’est la magie à l’eau ! Vous avez l’impression de voler !

Eh oui, shapeur, c’est un métier. 


Revenons à nos résines

Outre leur côté esthétique indéniable, ces planches sont 

  • beaucoup plus légère (c’est leur 1er point fort ) 
  • et bien plus maniables (performantes et réactives, c’est leur 2e point fort ). Vous aurez un énorme plaisir à les porter sous le bras et à les surfer. 

 « Bah, mingros, elle sont parfaites ! » Vous écriez-vous de joie. 


Mes aminches, elles ont un gros défaut : elles sont Ô combien plus fragiles.


Aussi quelques précautions s’imposent.


Quand vous surferez :


Ne la laissez pas finir sa course dans le sable ou les coquillages au bord, c'est-à-dire là où vous avec des chances d’être quand vous débutez... 


Vous risquez de faire rapidement des enfoncements si vous mettez encore le genou quand vous vous levez. 


Disons-le tout net : Ce n’est pas le genre de planche sur lesquelles vous vous entraînerez au redressement à terre, sur le sable ou sur votre pelouse, que sais-je.


Trop fragiles, le moindre caillou coincé dessous marquera la carène (dessous de votre bijou) d'un enfoncement. A proscrire. On s’allonge et on se lève sur elles uniquement dans l’eau !


Impacts et dangers de la résine

Et comme dit plus haut, c’est pendant les temps hors surf que les boards prennent le plus d’impact. Transport, passage d’une porte, coup de vent et la planche s’envole, glissade le long d’un mur.


A ce propos, posez votre planche à plat au sol plutôt que debout sur le tail (l'arrière). 


Une entaille dans ce type de planche risque d’être dangereux : la fibre de verre est coupante... Comme du verre :). Vous devrez peut-être apprendre à réparer ces pets en utilisant de la résine polyester ou époxy… 


Mais ça fait peut-être beaucoup d’info pour un débutant qui passait par là et qui voulait juste savoir quel type de planche choisir ! 


Simplement : des solutions de réparation temporaire du type Solarez  existant. Ou un gros scotch Anti fuite de plombier, que l’on trouve dans les magasins de bricolage. Mais l’on s’égare encore. dsl.


👉 Donc une housse de transport vous sera indispensable.

Petit aparté poussé sur les résines: Polyester, Epoxy ... #WTF ?

Attention attention je vais tenter de vous perdre :

Si on vous le demande, vous pourrez lâcher crânement

  • qu’il existe deux types de résine : polyester ou epoxy. Vous pourrez rajouter que chacunes ont leurs raisons d’être. 
  • La planche en résine polyester est le matériau traditionnel. Il est plus fragile mais tolère mieux les conditions agitées dans le clapot. Vous savez, ces petites bosses qui salissent la face de la vague et vous compliquent encore plus le surf ?
  • Les planches époxy sont plus solides et souvent plus légères. En contrepartie, elle ont tendance à trop rebondir sur le clapot.

Et vous pourrez conclure, blasé : « No board is perfect ». On enviera votre savoir, votre humour décalé mixant surf et cinoche.

Toujours là ? Ok, on continue !



4 La taille compte (eh oui)

Longboard, Minimalibu et shortboard

Souvenez-vous des longboards de Malibu dans les années 50. Ce type de planche peut tout-à-fait vous convenir.


Volumineuses et stables à souhait, ces planche de 9 pieds (et plus) sont idéales pour attraper les vagues.


Un coup de rame bien placé et hop ! c’est parti pour un tour ! 


Par contre, leur maniabilité est moindre. Normal pour un paquebot de cette taille. Et truc non négligeable, quand il vous faudra passer la barre pour vous rendre au large un jour de mer agitée et désordonnée, ça sera (beaucoup) plus compliqué !


Pour beaucoup, ça peut paraitre un peu grand. Nous allons voir ce que l’on peut faire pour vous ci-dessous.



Cette partie est importante, ouvrez les mirettes.

🖐Mon article vous botte?

Inscrivez-vous pour 

Le Minimal pour un plaisir maximal 

(Mouais ... Vous trouvez aussi que ce titre sonne comme une mauvaise réclame pour site de rencontre glauque, pas vrai ?) 


Aussi appelé Minimalibu, le Mini longboard peut se révéler une bonne alternative. C’est comme indiqué un longboard en plus petit.


On classe dans cette catégorie les planches entre 7 et 8 pieds. Elles sont larges, suffisamment longues et flottent nickel.

 

Vérifiez bien que le tiers avant soit suffisamment large pour un plus grand confort de rame. Avec un tel engin, vous choperez des déferlantes à tour de bras, et une fois debout, vous adorerez sa stabilité.


Pas négligeable quand on débute, n’est-ce pas ?


Pour moi, ce sont les meilleurs compromis. Elles ont plus de marge de progression que les softboards. 



Focus sur les Minimalibus en résine de chez le shapeur

Les minimalibus en résine sont tellement plus légères que les planches type NSP ou Bic ! (Faut que j’arrête de dire Bic, cette marque n’existe plus, je sais … Tahe surf . Toujours fabriquées dans le Morbihan, d'ailleurs. https://tahesport.com, elles ont rendu service à des milliers de surfeurs )


Les Minimal' qui sortent du shapeur sont plus légères et surtout mieux sculptées au niveau des rails (les côtés). Mieux finis et plus mordants, ils vous font tenir dans la vague. 


Ces mini-longboards en résine constituent de superbes planches pour débutant dans ces tailles. Pour un budget à peine plus élevé. Autour de 900€ et plus, neuf.


MAIS si et seulement si :

  1. la maîtrise de votre planche est acquise niveau sécu (ne pas la lâcher, se protéger le crâne en tombant) et 
  2. vous saurez en prendre soin (fragile donc à déplacer avec précaution hors de l’eau). 


Au risque de me répéter je vous rappelle que ces planches dures et les longboards (avec en plus leur grand aileron central) peuvent se montrer particulièrement dangereuses entre des mains peu soucieuses de la sécurité des autres...



La Shortboard ?

Descendez encore en taille, enlevez un pied et quelques de long et vous tomberez sur la planche la plus connue et la plus vue : le thruster. Hein, le quoi ?


Nom barbare, vous ne trouvez pas ? Ce sont les shortboards, planches courtes et pointues que les surfeurs plus aguerris utilisent dans leurs chevauchées fantastiques.


Selon leurs formes elles s’appellent Fish, Egg, etc. Tout ce qui mesure en dessous de 7 pieds.


Thruster veut dire un truc comme accélérateur ou propulseur. Enfin, quand on maîtrise l’engin 🙂


Parlons vrai

Je peux être franc avec vous ? Ce n’est clairement pas le type de planche adaptée pour vous si vous débutez en surf. D’ailleurs, en voyez-vous beaucoup dans les écoles de surf ? 


Elles nécessitent de savoir générer de la vitesse par un placement judicieux sur l'épaule de la vague et des poussées - allègements sur vos .... Oups, je vous ai perdu là, non ?


Bien sûr, elles sont super maniables. Donc archi-instables. Leur nez (nose) pointu et leurs dérives tranchantes risqueront de vous blesser. Elles ont tout pour vous dégoûter du surf si vous avez l’infortune de commencer dessus.


A moins d’avoir une très haute dose de détermination ! 


Mon expérience

Non, sincèrement, fuyez ce type de planche. J’en sais quelque chose. J’ai fait la grosse connerie de commencer sur une fusée de ce type.


Une shortboard en résine polyester de 6'5 (à peine plus haute que moi) fine comme du papier OCB, étroite comme l’esprit de Zemmour, recourbée comme une babouche de l’Atlas.


Elle était conçue pour surfer des bombes creuses de deux mètres alors que l'on débute dans des vagues toutes douces de 50 à 80 cm. Résultat, des années de galère.


Rien que pour tenir allongé sur le pont lisse de mon os de seiche, j'ai mis une semaine. A ce stade, vous êtes déjà consterné.

(Oui, je le confesse,  je ne connaissais même pas l'existence de la wax, ce pain de cire antidérapant. Voyez comme je partais de loin ... 😅)



Vous perdrez du temps

Pour rester décent je dirais qu'il m'a fallu ... quelques mois pour tenir debout correctement sans que la planche ne joue les vachettes de rodéo. Ok, ok, vous auriez raison de penser que je n'étais, en plus, certainement pas doué !


Evitez-vous les mêmes désagréments. 


Une board trop fine et taillée comme un cure-dent est parfaite pour rendre difficile voire impossible votre progression ! Pensez-y et ne faites pas l’erreur…


Si l'un.e d'entre vous, s’apprêtant à débuter sur un shortboard, lit cet article et change d’avis... Alors sur cette Terre ma mission accomplie sera ! (le même émoji de tête de sage chinois ne se la pétant pas...Ugh)



5 A vous de choisir

De la mousse à la résine sur mesure en passant par les planches de série, ensemble nous avons passé en revue les types de planches n'attendant que vos pieds pour glisser sur vos premières vagues.  


Vous savez maintenant quel modèle vous convient ? Commencez surtout par vous souvenir de ces points importants :

  • La maniabilité et la stabilité sont deux caractéristiques opposées d'une planche de surf.  Une petite planche TRÈS maniable est TRÈS instable. Meme moins maniable, privilégiez la stabilité d'une grande planche. 
  • Plus la planche est large, plus elle est stable. 
  • Plus elle est épaisse, volumineuse, plus elle flotte, et plus c'est facile pour ramer et prendre des vagues. Pour débuter c'est ce dont vous avez besoin. Et ce, même avant de penser à vous redresser. Voyez pourquoi juste là ⬇️


La première difficulté du débutant n’est pas celle que l’on croit 

La difficulté numéro un des surfeur débutant n’est pas le redressement comme on pourrait le croire. Mais la prise de vagues.


C’est pourquoi vous devez privilégier une planche qui vous porte bien. Qui soit assez large sur le tiers avant (notamment pour les filles, et il n’y a rien de misogyne à mes propos) car c’est ce qui va déterminer le plaisir que vous avez  à glisser.


Pour exemple, j’ai fait surfer des débutants de 110 -130 Kg taillés dans de la cuisse de taureau sur des planches de 11 pieds (3m40). Il ne fallait pas moins !


Deux Trucs tout bête

  1. Pour connaitre la taille idéale de votre première planche, un des trucs est de lever votre bras, à côté de votre planche debout: vous devriez à peine pouvoir en toucher le bout. La longueur est OK ? Passez à la caisse et sautez à l’eau ! 
  2. Pour savoir si votre planche a assez de volume pour votre gabarit, asseyez-vous dessus (dans l’eau!). Votre planche ne doit pas couler.

Oui ? Des questions ? Attention, bouquet final !



6 Foire aux questions


->Alors mousse ou dure? 

Le type de planche dépend de votre fréquence de sorties.

-Très peu, une fois par an ou pendant les vacances etc : mousse

-De temps en temps : Bic ou apparenté

-Une à plusieurs fois par semaine, commencez par ce que vous voulez. Et faites-vous plaisir si vous le souhaitez avec une résine. Assumez votre penchant pour les beaux objets ! (et de paraître plus cool, ce dont personne n’a rien à foutre. A ce propos, vous en aurez besoin : inscrivez-vous a l' Atelier "détachez-vous du regard des autres" ce soir à 19h30 pres du feu de camp 😉 


->Avez-vous des chiffres de taille à nous avancer, camarade ?

Pas évident car cela dépend de votre corpulence et de votre sportivité, mais grosso modo :

  • Jusqu’à 70 Kg vous pouvez surfer en 7’6 et plus
  • Jusqu’à 85 kg, poussez jusqu’à 8’6 et plus
  • Au delà de 100 Kg, Cherchez au moins du 9’6 pour être à l’aise. Ou plus.


->Au fait : Neuve ou occase ?

  • Pas idiot de partir sur une seconde main pour un premier véhicule. Ca dépend de ce que vous avez comme budget. Pour moins de 300€ on peut trouver des occases en mousse ou type Bic. Des Minimalibus en résine se négocieront autour de 350€.
  • Les mousses d’occase se trouvent en fin de saison quand les écoles de surf renouvellent leur stock. Depuis quelques années on trouve ces planches en neuf dans les surf shops. Et dans les grandes surfaces de sport qui ont flairé le marché...
  • Acheter une planche type minimalibu sert toujours, même quand vous progresserez. Vous la sortirez les jours de petites vagues ou pour initier les enfants (privilégier les mousses). C'est pourquoi on en trouve peu sur le marché. 


->Et les prix en résumé ?

En Neuf

  • Mousse: autour de 300 à 450 €
  • Dures faites en série (Bic ou apparenté): 400 à 750 €
  • Faite chez un shapeur: à partir de 700 €

En occase:

  • Mousse: entre 90 et 250 €
  • Dures faites en série (Bic ou apparenté): 150 à 300 €
  • Faite chez un shapeur: à partir de 200 €


->On parle de l’écologie dans tout ça ? 

Hum, les planches de surf ne sont pas exemplaires en matière d’écologie. A base de plastique ou composants issus de la pétrochimie. 

Écologiquement, une planche que l’on ne fabrique pas est plus Ecofriendly comme on dit.

Pourtant des solutions existent de plus en plus. Par exemple:

Ce sera peut-être l’objet d’un prochain article. En attendant, vous pouvez décortiquer l’article super complet des super gaziers de la Green session.

https://www.lagreensession.com/planche-de-surf-ecologique/

Mais la première solution serait effectivement d’acheter une planche d’occase.



->Où trouvez-vous de l’occase ?



7 Vous hésitez encore ? 

Une solution est de louer plusieurs types de planche pour savoir laquelle vous convient. Ou faites-vous prêter des board par les copains ou copines qui ont franchi le pas. 


Ensuite, n’hésitez pas à demander des infos à des professionnels. A mes stagiaires voulant franchir le pas, je leur demande de m’envoyer une photo de l’objet de leur convoitise, pour m’assurer qu’ils ne font pas une grosse connerie. Comme moi à mes débuts consternants. 🙄


=> Avec tous ces éclaircissements vous êtes maintenant en mesure de choisir votre planche ! Alors, votre décision est prise ? Ecrivez-le en commentaire !


Je ne connais évidement pas le gabarit de chacun lisant mon article, mais n’hésitez pas à me poser des questions, si vous avez encore un doute.  Sinon je vous propose:

MA FORMATION VIDEO SUR MESURE

Vous souhaitez déterminer EXACTEMENT la taille et la forme de votre prochaine planche, je vous propose ma formation:

Le guide suprême pour choisir votre prochaine planche de surf (et toutes les suivantes!)

Le guide suprême pour choisir votre prochaine planche de surf et toutes les suivantes - Mayanasurf

Un investissement pour toute votre vie de surfeur 

Finies les incertitudes sur la forme et la longueur,

Terminés les questionnements lancinants du style  « Ai-je bien choisi la bonne planche? Ai-je fait une connerie? »

A la trappe les centaines d’heures gaspillées à rider un mauvais jouet, les centaines d’euros balancés par la fenêtre.

Cliquez ici pour découvrir la formation vidéo


Post-scriptum : Et après ? 

  • un détail tout con : faites en sorte de pouvoir coincer votre nouveau bijou sous le bras, quand vous l’emmènerez à la plage, et la balader sur une grande distance. Oui, si le spot se trouve au bout d’un long et sinueux chemin parmi les pins et les dunes… 
  • Choisissez un leash solide de la longueur de votre planche. Cette laisse vous reliant à votre nouveau vaisseau est indispensable pour la sécurité de tous. Aussi ne choisissez pas une entrée de gamme. 
  • Pensez à l’importance toute aussi grande du choix du spot. Des petites vagues molles dans un lieu pas trop fréquenté. Évitez à tout prix la foule.
  • Renseignez-vous sur les conditions de météo. Pas de tempête ni d’orage bien sûr.
  • Soyez au jus des marées pour éviter par exemple de vous retrouver coincé à Pleine marée haute gros coeff contre une digue ou dans les rocailles... 
  • Et bien sûr : ne surfez jamais seul.e.


 Un truc est sûr: vous allez adorer le surf.


Mais s’il vous plaît, n’en parlez à personne 😉 

Téléchargez votre bonus gratuit :

NOUVEAU : Le guide pdf : « Débutants et intermédiaires : 5 + 1 Règles non écrites du Surf »

Un code de conduite à connaître ABSOLUMENT quand on débarque sur les spots.

Avec ce guide en poche, vous allez prévenir les catastrophes nucléaires à l'eau et développer (presque) autant de charisme que Kelly Slater  🙄 🤔 ...

32 pages hyper-utiles : tout aspirant surfeur se doit de maîtriser au plus tôt les codes formels et informels de la glisse.

Mettez votre email ici :

Hop, à télécharger tout de suite, gratuitement. Il suffit de mettre votre email ici pour recevoir le bonus dans 2 minutes, par email.


Cet article vous a été utile? Vous avez adoré le lire? 

Partagez-le sur vos blogs, vos réseaux (et à au moins 2 de vos amis😊) et laissez-moi un commentaire👇

C'est avec plaisir que je répondrai également en commentaire à vos questions.

C'est ultra précieux pour apprendre à vous connaître. Et permettre d'accroître la visibilité de mon travail sur le net!

  • « Juste parfait, toutes les explications que je cherchais. Il n’y a plus qu’à… Merci! 🏄»

    M.G. (Depuis le groupe Facebook Bretagne Surf)

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
    >