fbpx



Eh bien, c’est quoi ces deux petites rides entre vos sourcils ? Vous êtes préoccupé.e ?

 Il y a de quoi, je vous comprends. Pas de soucis, vous allez découvrir dans cet article-fleuve toutes les étapes indispensables pour apprendre à surfer.


Depuis quelques temps cette idée vous trotte dans la tête. Une idée d’embruns.

Soyons exact: comme les tentacules d’un poulpe boulottant une coquille Saint-Jacques, elle ne vous lâche plus. 

More...

Les Corona-confinements (pas les bières, le virus), les journées à rallonge et les joyeusetés de la vie citadine en ont rajouté une couche. Burn-out, Bore-out, vacances pourries du mois d’août… Vous. Voulez. Respirer. 


Visions

Bam ! Cette image Kodakolor croisée dans un canard chez le dentiste. Une ondine conquérante et gracieuse, cheveux au vent, en équilibre sur sa planche ivoire. Tel un tampon encreur sur les cartes postales, elle vous a tatoué le revers des paupières.

Et cette autre affiche en devanture de magasin. A vous refiler des frissons. Vagues cristallines, chevauchées par des athlètes à la trogne aussi béate que la petite Bernadette tombant sur une paumée en robe de chambre, au fond d’une grotte pyrénéenne. 

Dans un hall de gare ou dans la rue, ces 4 par 3 vous tapent dans l’oeil. L’océan, les vagues. Le grand air et la liberté. C’est décidé. Vous allez franchir le pas vous aussi. 


Vous initier à ce fichu sport. 


Premier réflexe: vous êtes allé baguenauder sur Internet. Internet regorge de vidéos et de tutos sur comment apprendre le surf. Comment se lever. Comment choisir sa planche. Comment se préparer. Comment tout faire et ne rien faire. De l’info à foison.

 

Trop d’infos. Vous êtes perdu. Noyé sous la vague avant d’avoir seulement posé un orteil sur une planche.

 

Z’avez tenté l’option Jean-Pierre Foucault, demander conseil à un ami ?

Ça serait bien qu’on se cale une date, ouais. Alors ce weekend j’ai la garde de mes mômes ça va pas être possible. Le suivant, alors ? T’as un séminaire à Genève. Ah …

C’est pas demain la veille que vous pourrez espérer fouler le sable en sa compagnie. 



Morbleu, un succédané !

Et prestement ! Au kiosque, le magazine de surf vous fait de l'oeil depuis le rayon nautisme. Avide d’un goût de sel sur votre langue, vous vous jetez dessus. Le chignon poivre-et-sel qui consulte Modes et travaux écarquille les yeux derrière ses binocles: elle vous voit lécher la couverture. 

Les photos ... Vous ... Envoûtent.🤩 

Pouah, vous avez fait une connerie. C’est limite insupportable ces images. Voyages tropicaux rocambolesques. Surfeurs intrépides dans des eaux glacées. À quand votre tour ?

Le rêve. Voyager avec le surf pour alibi. Encore faut-il savoir surfer.



Eh, vous n’avez qu’une vie, vous surprenez-vous à grommeler.



Bonne nouvelle, aujourd’hui est ...

Votre jour de chance. 

Bon arrêtons là les tournures à la marchand de tapis. Mon boulot c’est d’enseigner comment surfer. Je l’ai fait des milliers de fois. Femmes, hommes, enfants, adultes, en bonne santé, malades ou en situation de handicap. Transmettre le bonheur indicible de glisser sur une vague.

On est une poignée à exercer ce taf, qui est plus qu’un taf. Une passion dévorante. Tous les gars et les filles que je vois enseigner le surf, l’ont chevillé au corps. 

Pour ma part, j’aime tellement ça que lis, j’écris, je peins et dessine même autour du surf. 



👉 Coupez Netflix, snobez le Petit Quotidien, éteignez le gaz. Vous allez ici-même bénéficier sur un plateau des meilleurs conseils, en 8 étapes détaillées.

Et je vais même vous refiler un conseil météo souvent ignoré, à la fin de votre lecture.



Pourquoi c’est vital pour vous d’apprendre la glisse armé des meilleurs conseils ? 

Oh là, vous exclamez-vous derrière votre écran Retina, est-ce que ça vaut la peine de me taper tout ton laïus sur "la marche à suivre" ? Je veux juste surfer !


Bon… À ce que je constate, vous êtes complètement novice dans la glisse. Sans vouloir minimiser les exploits de Rafa et Serena, le He’enalu (ça veut dire Surf en breton, je crois🤔) est assez différent, disons, du tennis. Voyez plutôt:

  • Météo et milieu. Attention scoop: comme dans un paquet d’activités que vous avez pratiquées, vous allez devoir passer par des phases d’initiation. Mais à la différence d’autres activités (comme le tennis😬), surfer se pratique dans un environnement ouvert comme on dit, c’est a dire en pleine nature. Soumis aux caprices d’Éole, Neptune et leurs potes fantasques.

Vous devrez tenir compte d’éléments à risque tels que les rochers, le courant, les autres pratiquants. C’est là que ça se gâte. Au tennis par exemple, le terrain est fixe, le filet reste la même hauteur. Le tout en salle, parfois même.

C’est pourquoi il est souvent judicieux de commencer par une initiation avec un.e de mes collègues moniteurs. Quand c’est possible. Quand c’est la saison. Quand vous n’avez pas les mômes. Quand blablabla. Je sais...


  • Sécurité. OK le Tennis, vous achetez une raquette et vous tapez dans la balle. En surf, avant de poser le pied sur la planche, vous êtes OBLIGÉ de vous renseigner sur des notions fondamentales concernant votre sécurité. 
  • Choix technique. Mal renseigné sur le type de planche et de combinaison, vous partez pour des mois, voire des années de galère. 

 

OK ok, j’arrête avec le Tennis, je n’ai rien contre. J’y suis plutôt nul de toutes façons.  Même ma fille, les mains attachées dans le dos, me mettrait 6-0,  6-0, 6-1. (Un jeu pour moi: elle n’a que 11 ans, tout de même).

Prenez la balle au bond et lisez ce qui suit.




D'abord, et comme énoncé, calez-vous au niveau sécu. Votre plaisir et celui des autres pratiquants en dépend. Puis respectez ces qq points de base.


1 - Surfez dans des zones adaptées à votre niveau 

  • Loin des autres surfeurs, pour ne pas les gêner, pour ne pas vous rajouter du stress à votre apprentissage.
  • Sur des plages de sable (beach break), c’est mieux. C’est ce qu’on conseille pour débuter. Même si c’est possible (et je l’ai fait dans mes cours en certains endroits du monde) évitez les vagues avec des fonds rocheux (reef breaks).
  • Oui, le mieux, c’est de commencer dans les mousses au bord, ou dans des vagues petites et molles, sur des plages a fond plat. Evitez comme la peste les vagues cassant violemment sur le bord. Shore break pour leur petit nom.
  • En été en France, le mieux pour esquiver une prune de la part de CRS en slip de bain, c’est hors de la zone de bain (drapeaux bleus). Même si les vagues sont parfaites. Arg ! Normal, la secu des baigneurs est en jeu.
  • Question vocabulaire, vous entendrez parler d’autres noms de vagues, dont le fameux Point break. Le film, oui, mais aussi la vague qui déferle toujours du même endroit le long d’une avancée rocheuse comme sur les photos 🤩. On verra ça plus tard, quand vous aurez de la bouteille.

La joie du surfeur débutant !



La première règle fondamentale

Vous surferez dans la mousse pour vos premiers instants. Il est courant de voir plusieurs apprentis poussés par la même mousse, avancer tout droit vers le bord. En vous distançant de quelques mètres vous éviterez de vous rentrer dedans. Simples règles de bon sens.

Plus tard bien sûr, vous voudrez taquiner les « vraies » vagues, au large. Pour éviter de passer pour un triporteur myope égaré sur le rond-point de l’Etoile à Paname, sachez ce qui suit:

Les règles fondamentales sont au nombre de deux. Sachez simplement que la première stipule cette loi d'airain :

 Un seul surfeur par vague.

Ça évite les collisions, et permet au surfeur de jouir pleinement de sa vague jusqu'au bord. 

Cette règle s'applique a tous, experts comme débutants. Après pas de stress, la première fois vous serez excusé de partir sur une vague déjà occupée. Si vous ne le faites pas exprès. Et si vous ne recommencez pas.

Vous devez en tant que débutant tout particulièrement faire gaffe à cette règle.

Ça veut dire quoi ? Ne gênez pas un surfeur déjà debout sur une vague. Eloignez-vous de sa trajectoire et de sa vague. Quitte à vous ramasser l'écume de la déferlante dans la poire. Eh oui. 



Aparté pour surf entre potes : Attention, rien n’empêche de surfer à plusieurs sur une même vague. Si elle offre suffisamment de place, que les potes s'entendent et ont le niveau pour rider a plusieurs. Encore heureux 😉!




Une autre règle édicte comment se définit la priorité entre deux surfeurs sur une vague lisse. Elle vous concernera quand vous en serez à l’étape suivante : savoir se relever sur la partie lisse de la vague. Nous y reviendrons ailleurs dans un autre article, ou dans le guide sur les 5+1 règles (non) écrites du surf (voir plus bas).



Un autre truc indispensable aussi, pour bien vous faire voir, c’est connaître et appliquer ce qui suit 👇


L’éthique du surf : 

La mer appartient à tout le monde, certes. Cependant, comme partout sur la Terre, avoir du tact et respecter les gens du coin restent les bases. Certains spots voient leurs taux de fréquentation exploser quand les beaux jours arrivent, ou quand les sites de prévision rameutent tout le monde chez eux à coup d’étoiles. Pas facile pour les locaux de devoir composer avec tout ce monde, eux qui surfent là toute l’année.

Ce sont les experts du spot et sont à même de revendiquer de partir sur les belles vagues qu’ils ont attendues tout l’hiver. Même s’il y a foule. Rassurez-vous, rares sont les abus. La plupart n'oublient pas que glisser sur les ondes est en soi un privilège fou !

Rares sont les endroits de conflit, mais sachez que les tensions montent souvent du fait d’une ignorance des règles du surf, et d’un manque de savoir-vivre. Ce qu’on appelle l’éthique du surf.


👉 Le conseil TRÈS IMPORTANT pour vous aider dans votre progression: Soyez incollable sur ces fameuses coutumes du surf. Consultez le guide que je vous offre: les 5+1 règles (non) écrites du surf 👇

Téléchargez votre bonus gratuit :

NOUVEAU : Le guide pdf : « Débutants et intermédiaires : 5 + 1 Règles non écrites du Surf »

Un code de conduite à connaître ABSOLUMENT quand on débarque sur les spots.

Avec ce guide en poche, vous allez prévenir les catastrophes nucléaires à l'eau et développer (presque) autant de charisme que Kelly Slater  🙄 🤔 ...

32 pages hyper-utiles : tout aspirant surfeur se doit de maîtriser au plus tôt les codes formels et informels de la glisse.

Mettez votre email ici :

Hop, à télécharger tout de suite, gratuitement. Il suffit de mettre votre email ici pour recevoir le bonus dans 2 minutes, par email.

 

2 - Pour progresser au mieux, un bon matos

1-VOTRE PLANCHE

Le grand enjeu en surf, c’est de parvenir à prendre des vagues. Une bonne planche, c’est 15, 20, 30 vagues dans votre session. Une merde ? Zéro vague.

Oubliez le petit bolide court et pointu de votre copain, il est votre meilleur ennemi. Instable, dangereux avec ses dérives tranchantes. Choisissez une planche large et longue pour son côté stable.

Le surf est un sport d’équilibre dynamique, alors autant vous donner toutes les chances en partant sur de bonnes bases !

L'idéal est de louer avant d'acheter. Demandez dans les écoles ou les magasins de surf. Vous faites marcher l’économie du coin et vous êtes certain d’avoir les meilleurs conseils. Par exemple : Atlantide surf shop à Saint-Malo dans le 35, La Vigie à Biscarrosse dans les Landes, etc.

2-VOTRE COMBI

Elle vous évitera les refroidissements, même en été, quand vous serez un peu fatigué après quelques heures dans l’eau. Elle protègera votre peau délicate du frottement de la planche.

Optez pour une combinaison intégrale dans l’eau en dessous de 18 degrés, ou un shorty (coupé aux manches et aux jambes) selon la saison ou le lieu de pratique. Votre seconde peau vous tiendra au chaud. Elle vous protègera des irritations et du soleil. 

Conseil tout bête: vous aller faire du surf. Pas de la plongée. Donc exit les combinaisons de plongée (vous aurez du mal à ramer) ou les combis de natation (vous les flinguerez en moins de temps que Lucky Luke sous caféine ne dézingue son ombre)

3-VOTRE LEASH

La cordelette qui rattache votre planche à votre cheville via un Velcro. Portez une grande attention au leash: pas de noeuds, pas d’entailles dans le cordon, scratch en bon état. 

4-VOTRE WAX

Pour éviter de glisser, vous pouvez étaler ce petit pain de cire antidérapant et parfumé sur le pont. Pas en dessous, hein !

C'est tout un art de bien waxer sa planche et créer les petits picots blancs qui feront tenir vos petons en place. Vous voulez essayer de la wax vraiment écolo ? Testez Simwax.fr !

Certaines planches pour débuter sont recouvertes d’un pont antidérapant. Pour elles, pas besoin de wax. Par ex: les planches bretonnes de Zeus Surfboards.

Les indispensables pour bien débuter en surfingue




3 - Préparez-vous sur tous les niveaux

1-D’abord mentalement. A l’échec. Vous allez tomber beaucoup, beaucoup. Mais que ce sera bon quand vous tiendrez debout quelques secondes !

2-Préparez vous physiquement. Echauffement, footing si vous aimez ca. Burpees si vous savez ce que c’est. Faites gigoter les bras les jambes, les articulations. Concentrez-vous sur celles qui coincent ou sont fragiles.

3-Vous devez être à l'aise dans l'eau évidemment. Savoir nager aide bien, même si au début vous aurez toujours pied. Attention, nager en piscine et en mer est différent. Ça bouge plus !


🧐 Rappels à propos de la Sécurité en surf (ce n'est jamais de trop)

Ayez en tête ces quelques conseils : 

  • N’allez pas à l’eau seul. Essayez (vraiment) de trouver un comparse pour vous accompagner, un pote un peu meilleur. Ou le top, un prof pour quelques cours... Vous acquerrez les techniques de base comme ramer et prendre la vague, se redresser au bon moment.
  • Gardez toujours un oeil vers le large, pour voir arriver les vagues et le danger, les autres surfeurs…
  • Jamais la planche entre le large et vous
  • Méfiez-vous du leash et de sa cordelette comme d'un arracheur de doigts: pas touche une fois à l’eau ! 
  • Gardez de l’eau a la taille maximum pour vos débuts.



Calé sur ces points ? Allez hop,


4 - Jetez-vous à l'eau ! 

Vos premiers instants: avec de l’eau à la taille maximum
  • Rien ne sert de rajouter de la difficulté à la difficulté. Restez là où vous avez pied. Il vous sera plus fastoche de vous hisser sur votre bolide.
  • Go ! Commencez par prendre des vagues … sans planche ! (Bodysurf). Mains en avant, poussez avec vos pieds sur le fond. Vous propulsez ainsi votre corps tendu vers la plage, dès que la mousse vous percute les fesses.
  • Ensuite prenez des vagues allongé sur votre planche. Poussez sur vos jambes  pour entraîner la planche vers la plage et allongez-vous dessus dans le meme temps. 
  • Une fois allongé, la planche doit rester à plat, avec le nose pointant à dix cm au dessus de l’eau. Posez vos mains à plat au niveau de vos côtes. Cot cot ! Vos coudes doivent être en l'air, comme des ailes de poulet.
  • Prenez une dizaine, une trentaine, une centaine de vagues ainsi. Jusqu’à ce ce vous soyez à l’aise et Ressentez le plaisir de la gliiisse !


Très important, retenez ceci: si jamais vous êtes pris dans le courant, laissez-vous porter. Attendez d'être sorti de la zone de courant pour retourner au bord, si possible en vous faisant emporter par une vague. 🆘 Dans le cas où vous vous sentez dépassé, signalez-vous en levant les bras.



5 - Debout là-dedans !

Retour sur le sable quand vous prenez correctement 8 vagues sur 10. 

Quel est votre pied avant? Une technique simple: pieds joints, demandez à un aminche de vous pousser dans le dos. Le pied qui partira vers l'avant en premier sera ... le pied avant, pardi.

Mettez-vous en position debout sur la planche, pied avant à l'endroit ou se trouvaient vos mains. Vos pieds sont un peu plus écartés que la largeur de vos épaules. Genoux flechis et pointés vers l'avant. Mains idem. Regard posé 5 mètres devant le nose de votre planche.

Ce sera votre posture. Observez les genoux fléchis et tournés vers l'avant.

 

Ok pour la posture debout ? Maintenant, eh bien allongez-vous et ... Démerdez-vous pour passer de cette position allongée à debout. Mais noon, on va vous aider!

Souvenez-vous, vos mains sont à plat sous vos côtes. L'erreur est de les avoir au niveau des épaules ... En poussant dessus, vous poussez votre corps vers l'arrière et  vous vous retrouverez ... sur les genoux...

Pas grave en soi, mais si vous pouviez tomber sur vos pieds ça serait mieux. 


Regard vers l'avant, poussez fort pour vous lever. Le redressement se compose:

  • d'une poussée sur les bras
  • accompagné d'une bascule du bassin sous les épaules ...
  • ET d'une rotation de ce même bassin (vous n'en avez qu'un normlement).

La rotation du bassin ? Super importante ! Elle permet de positionner vos petons l'un derrière l'autre, sur l'axe de la planche. 

En vous redressant, vous venez ranger vos jambes sous vos épaules

Sur votre grande planche, vous pouvez vous appuyer sur vos orteils posés tout en bout de la planche. La poussée aidera à emporter votre bassin vers l’avant. Et vos jambes à se ranger, pliées, sous votre bassin, au niveau des épaules. 

Basculez votre poids sur le pied avant et imaginez glisser sur l'eau !


Psst, rapprochez vous, Je vais vous mumurer un conseil : vous voulez réussir à vous redresser comme une déesse ou un dieu ? Oui ? 

=> Alors répétez ce mouvement, que diable ! RÉPÉTEZ encore en encore !

Je vous encourage à effectuer 5 series de 5 redressements, tranquillement. Faites une pause entre chaque série.

Pourquoi 5 ? Parce que j'aime bien les 5. La preuve:

Je vous ai plus haut conseillé de poser votre regard cinq mètres devant la planche, dès la position allongée. Ayez l'oeil du tigre. 🐯 Ensuite seulement, vérifiez la position de vos pieds.

Par rapport au milieu de la planche, repérez la position des mains quand vous êtes allongé, et des pieds quand vous êtes debout.


Vous avez saisi le geste sur le sable ? Étape suivante,

6 - A l'eau ! (bis)

Souvenez-vous de vos premières sensations allongé, et retrouvez les avant de vouloir faire votre redressement.

Inutile de vous redresser sur une vague qui ne vous a pas entraîné.

Sauf à vouloir ressembler aux dessins de presse ou aux gravures anciennes !

Quand notre cher Wolinsky représentait le surf !

LE TRUC: Allongé comme debout, votre planche doit rester à plat pour avancer. C'est pour cela que la position de vos pieds est primordiale. 

Incroyable ce que votre regard va vous équilibrer. Droit devant !

Ouiii vous allez tomber. Oui vous allez échouer. Courage, chaque tentative vous rapproche de la réussite. 



Alleluia, vous accedez à la joie pure de la glisse debout, la raison de votre acharnement ! Mauvaise nouvelle, votre vie est foutue. Contaminée de surf. Vous êtes hameçonné. 


Impatient que vous êtes, vous me demandez : après on fait comment ?


7 - Étapes suivantes

Habituez vous à prendre des vagues de mousse à la rame, maintenant.

Pour ce faire, allongez vous plus tôt. Et ramez comme en crawl quand la vague s’approche à environ 5 mètres de vous. Ne vous arrêtez surtout pas quand elle vous touche ! C’est là qu’il vous faut donner le maximum de vos biscotos.

À cette condition, vous êtes certain de partir. Et de vous lever plus facilement, comme un roi de la glisse que vous êtes devenu.

Ensuite viendront la glisse sur les vagues lisses au large. Patience, chaque surf en son temps. 

Cowabunga ! (Ça veut pas dire un truc comme Youpi en breton, non ? 😬)



8 - Débutant.e en surf : où aller surfer ? Et quand ?

Vous apprenez à surfer. Bien bien bien. Très vite vous allez devoir apprendre à causer dépression, vent offshore, marée, houle, période … Le mystérieux langage de Marie-Pierre Planchon, la divine voix de feu la météo marine à la radio. 

Un paquet de sites de prévision surf existent. SurfReport, Surf forecast, Windguru, Yadusurf ...

Je vous sens effrayé. Ouh là, C’est quoi ces flèches et ces nombres !

Pas de panique, on en parlera plus longuement dans un article dédié. Pour l’instant, voici de quoi dégrossir avec ce qui suit.

Sachez que la plupart des sites simplifient la lecture avec des étoiles : dès qu’une étoile apparait, c’est bon signe. Voici sans attendre de quoi dégrossir votre initiation météo.

La météo du surf, comment ça marche ?

LA MAREE

La marée est déterminante. En général, sur une plage de sable, la mi-marée est un bon compromis. Mais chaque spot a sa spécificité. Attention aux vagues douces à marée basse qui se transforment en mâchoires liquides au bord une fois la marée haute. 

Ne craignez pas de passer pour un ignare: rien de mieux que demander aux locaux. Ou de jeter un oeil dans les guides tels que le célèbre Stormrider, ou certains sites de report. Le grand danger est de surfer des vagues creuses près du bord à marée haute. Le fameux shore break qui casse les dos et les planches… Ou de vous retrouver par exemple coincé contre la digue, à ne plus pouvoir sortir… gloups, ça craint du boudin.

LA HOULE

La houle est l’ondulation qui vient du large. Au contact du fond qui remonte, elle se cabre, déferle et devient vague. Vous surferez la vague déjà cassée dans un premier temps. Ensuite seulement vous apprendrez à glisser sur la face pentue, juste avant qu’elle ne brise. 

Quand les sites annoncent 1 mètre de houle, d’une manière TRÈS générale cela donne des vagues de 80 cm. Largement suffisant pour vos premières glisses ! Ne sortez pas par grosse houle. Trop de puissance, trop de courant, trop de danger.

Laissez cela aux surfeurs expérimentés, et regardez depuis la plage. Toujours bon pour progresser, d’observer les bons surfeurs.

👉 Regardez aussi la période de la houle. Mesurée en seconde, elle définit le temps entre chaque vague qui déferle. Pour une même taille de houle, une grande période (à partir de 12 secondes) générera des vagues plus puissantes. Par contre le temps d’attente entre les séries sera plus looong. Le temps de se replacer et récupérer !

LE VENT

Quel vent pour surfer ? Moins il y en a mieux on se porte, contrairement à ce que bégaye la voisine aux bigoudis « ça décoiffe aujourd’hui, c’est bon pour ta planche ça ! ».

À choisir, tous les surfeurs préfèrent le vent offshore (venant du rivage) pas trop fort. Il creuse les vagues et les fait même tuber sur certains spots. Au contraire, le vent onshore les écrase et lève du clapot. Autant de bosses à négocier une fois debout. 


Au fait, je vous avais promis un conseil météo ...

Le secret, car vous le valez bien.

Ne vous fiez pas aux apparences, vous pouvez surfer en dehors des conditions étoilées données par les sites surf météo. Un léger vent de mer et Pfuitt ! Toutes les étoiles disparaissent. Avec une grande part des surfeurs. Le plan d’eau est certes moins propre mais encore tout à fait surfable ! Moins de monde à l’eau, plus de vagues pour vous ! 

Bien sûr, quand le vent se lève, ne jouez pas les braves et rentrez. Surfer par tempête est imprudent, si vous n’avez pas d’expérience ou si vous n’êtes pas encadré par un moniteur qui jugera opportun de vous mettre (ou non) à l’eau.



Le choix des saisons ?

L’été, la meilleure saison pour surfer en France ? Pour débuter, certainement ! De jolies petites vagues lèchent les côtes humectées de crème solaire. Mais ça reste l’été: on peut passer une semaine avec un océan aussi flat que la piscine du camping évacuée suite à un dégazage de Pampers.

Le printemps, les températures se radoucissent mais l’eau reste fraîche. C'est chouette.

J’ai une nette préférence pour l’automne, avec l’eau encore chaude de l’été et les premières dépressions se formant sur l’Atlantique. 

Surfer en hiver en France métropolitaine demande plus d’engagement. Froid, vent. Eau plus fraîche également. Vous devrez vous équiper de gants, cagoule et bottillons. Avec les dépressions tournant sur l’Atlantique à cette saison, les vagues aussi sont plus fortes. Donc pas forcément le top quand on débute. 

The Endless Summer (à l’intérieur)

Cependant, avec les combinaisons actuelles, y a-t-il encore un hiver ? Sans pour autant y faire pipi, c’est l’été sans fin dans votre combi !



=> A vous de jouer (dans les vagues)

Eh bien, muni de tous ces conseils, il ne reste qu’à vous lancer !

Vous avez maintenant entre vos mains le chemin tout tracé vers vos premières sensations de glisse.

Dans un premier temps je vous conseille de repérer un spot accueillant pour débuter. Ensuite de trouver une planche qui offre BEAUCOUP de volume.

Et un dernier truc: quelle que soit la difficulté technique, n’oubliez simplement pas de prendre plaisir dans les vagues !

C’est peut-être le conseil le plus important.

Dites-moi en commentaire si ces lignes vous ont donné l’eau à la bouche et déridé les sourcils ! Vous vous sentez prêt(e) à surfer ?

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>